Être homme au sein du couple

Le retour au Masculin (Sacré)

Lorsque l’on parle de « masculin sacré », il est question de faire référence à des archétypes pour définir la masculinité. Il est alors possible, dans cette conception, de ne pas se référer à des idéologies spirituelles qui pourraient se confronter à des croyances individuelles. L’archétype est simplement un symbole qui va parler à chacun, car il fait partie de l’inconscient collectif.

Sur cette base, parlons de la masculinité, et de la crise qu’elle traverse. C’est un sujet vaste, complexe. En lien avec mon travail au sein d’Au Cœur des Femmes et de sa thématique mensuelle, je fais le choix d’aborder ce sujet sous l’angle du couple.


Il suffit de taper « masculin sacré » sur Pinterest pour comprendre une partie de la problématique : quel homme se reconnaît dans ces photos ?

Au final, l’homme ne souffrirait-il pas des conditionnements de la société patriarcale, au même titre que la femme ?


Ces dernières années, une problématique importante se révèle. Le couple est en crise. La société individualiste de consommation ne l’épargne pas, au moindre « défaut », on passe à autre chose. La femme, longtemps opprimée, encore sacrifiée, se relève et reprend son pouvoir. Face à cela, et dans un environnement où la parole est libre, parfois excessive, l’homme est examiné, jugé, critiqué, condamné, amalgamé. Il y a celui qui reproduit sans se poser de question les schémas d’homme dominant, qui n’a pas d’émotion, qui protège sa femme non par amour mais parce qu’elle est fragile. Il y a celui qui ne se reconnaît pas dans ce modèle, qui ressent qu’il y a un problème, mais qui ne sait pas pour autant ce qu’il pourrait être d’autre. Il y a celui qui se sent perdu, qui est lui, différent, dans un monde qui ne le reconnaît pas…

L’homme et la femme d’aujourd’hui subissent ces croyances sur le masculin et la virilité :

  • Un homme ne pleure pas, n’exprime pas ses émotions, ne se plaint pas.

  • Un homme n’a pas besoin de s’occuper de ses enfants.

  • Un homme n’a pas ce qu’il faut dans son ADN pour s’occuper de son bébé.

  • Un homme doit travailler.

  • Un homme se définit par la taille de son sexe.

  • Un homme doit avoir une « bonne » érection.

  • Un homme jouit plus facilement qu’une femme.

  • Un homme doit éjaculer pour jouir.

  • L’orgasme de l’homme est plus important que celui de la femme.

  • Un homme doit gagner de l’argent.

  • Un homme doit gagner plus d’argent que sa femme.

  • Un homme doit porter la responsabilité de son foyer.

  • Un homme punit et est autoritaire.

  • ...

Liste non exhaustive. Prenez chaque phrase à l’inverse et vous aurez son pendant au féminin.


L’homme, comme la femme, dans leur individualité, sont en quête d’une nouvelle identité. A partir de là, difficile de se retrouver, de créer à deux.

Comment créer avec toi si je ne sais pas qui je suis dans mon essence,

comment je dois être et ce que je dois faire.

On demande à l’homme tout et son contraire : être viril mais sensible, de travailler mais d’avoir du temps pour l’autre, la femme demande à être respectée dans son désir ou son non-désir mais attend de l’homme qu’il soit performant…

Dans ce chaos, certains pensent que la solution se trouve avant tout dans la forme de la relation. Les codes se déconstruisent et apparaissent le polyamour, l’amour libre, le célibat assumé… Dans toutes les sphères, on en parle. Le couple est en crise, cassons le couple. Prenons pour exemple le philosophe controversé, Vincent Cespedes, dans cet entretien sur le couple et l’amour libre.


Selon lui, le couple, ou « encouplement », c’est terminé. Ses mots sont convaincants, on aspire tous à cette liberté d’être soi, de suivre ses désirs, ses besoins, ses envies. C’est séduisant. Mais concrètement, comment vivre cette liberté individuelle et vivre une relation profonde d’amour ? Comment être en relation sans poser ses besoins, ses envies, ses limites, et s’accorder à deux ?


Il devient d’usage, donc, de penser que le couple tue la liberté, et qu’être libre c’est faire ce que l’on veut.

Parlons donc du « paradoxe de la liberté » : c’est en posant un cadre et des limites que la liberté peut se vivre. L’absence de cadre n’est pas la liberté, mais le chaos. Celui qui ne tiendra plus compte que de ses désirs s’enfermera dans sa propre prison, ne laissant d’espace pour personne d’autre que lui-même.

Ensuite, disons clairement que le problème, dans le couple, ne vient pas de la forme, mais des individus qui le composent. Parce que le féminin est en crise, parce que le masculin est en crise, le couple est en crise.

Alors revenons à cette base : allons voir ce qu’il se passe en soi d’abord, car tant que l’on ne règle pas cela, les mêmes schémas se reproduiront, quelle que soit la forme relationnelle que l’on essaiera.


Si nous commencions donc par redonner sa place et son identité au masculin ? C’est notre responsabilité en tant que mère de transmettre ces notions à nos enfants. C’est une part de notre rôle en tant que femme de montrer ce chemin à notre partenaire, à nos amis. Offrons à ces hommes que nous aimons et dont l’amour nous est précieux, la liberté de pouvoir être eux-mêmes, de reconnecter à leur nature, à leur essence.


Accompagnons nos hommes, et nos fils qui seront les hommes de demain, vers la libération de ce lourd conditionnement patriarcal.


Pour emprunter ce chemin, une piste, avec ce texte d’un auteur inconnu.


LE RETOUR AU MASCULIN SACRÉ


"1- Il n'est plus gouverné par son égo dominateur et ne cherche plus à être le plus fort.

2- Il n'a pas besoin d'un statut pour savoir qui il est.

3- Il a compris que le pouvoir et la domination ne rendent pas heureux.

4- Il n'a pas peur de montrer ses sentiments, de pleurer ou montrer qu'il est touché (même avec des hommes).

5- Il n'a pas peur de faire le bien, d'aimer le beau. Il est connecté à son coeur (avoir du coeur n'est pas uniquement réservé aux femmes).

6- Il n'a pas peur de se lever pour donner son avis, de lutter contre l'injustice.

7- Il utilise sa force physique et mentale pour faire le bien et avec justesse.

8- Il se met à la place des autres, aide et protège les autres.

9- Il n'a pas honte de faire preuve de douceur ou de tendresse même en public.

10- Il aime la femme et la voit comme son égale et son complément. Il traite sa femme comme une déesse sans pour autant la laisser le dominer. Il respecte la femme et ne cherche plus à profiter de ses faiblesses.

11- Il a compris que le sexe peut être destructeur et privilégie l'honnêteté et la sincérité. Il est à l'écoute des désirs de sa partenaire et de ses propres désirs.

12- Il a pris conscience qu'il fait partie d'un tout et que rien n'est à sa disposition sur terre. Il respecte toute forme de vie et a compris qu'il peut changer le monde.

13- Il cultive avec fierté les qualités du masculin sacré ( bonté, puissance, force et cœur).

La plupart des hommes pensent qu'il faut de l'argent, un statut, du pouvoir pour attirer les femmes. En réalité, la femme recherche la force de l'homme tournée vers le bien. L'homme qui vit le masculin sacré est le super héros de demain !"


Parce que s’épanouir en tant que femme, c’est aussi se réconcilier avec le masculin.

Parce que s’épanouir en tant que femme, c’est aussi permettre au masculin de s’épanouir.



Merci à Adrien pour le partage du texte et l'inspiration.

Merci à tous ces hommes qui ont croisé mon chemin et m'ont offert ce cadeau de les comprendre.


Vanessa


© 2018 by Vanessa Biguet  Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icône
  • Icône social Instagram